Comment marche la distribution et l’émission de la chaleur dans une installation de chauffage central avec chaudière bois à chargement automatique ? Un point sur les bonnes pratiques à connaître pour bénéficier du meilleur confort dans votre maison tout en réalisant les économies d’énergie et de budgets attendues en faisant le choix de ce mode de chauffage.

La distribution de la chaleur

La distribution de la chaleur peut dans certains cas faire appel à un réseau de canalisations pré-isolées et enterrées pour assurer le raccordement de la chaudière bois, éloignée de la maison d’habitation, sur le réseau de distribution (radiateurs). Elle a ensuite lieu dans les locaux grâce à un circuit hydraulique qui répartit l’eau chaude auprès des émetteurs.

Afin de limiter les pertes énergétiques une bonne isolation du circuit est nécessaire : il est indispensable de calorifuger l’ensemble des canalisations qui ne sont pas dans le volume habitable.

L’émission de la chaleur

Le circuit d’émission de chaleur peut être composé de radiateurs, aérothermes, planchers ou murs chauffants. Afin de permettre une bonne émission de chaleur, il est nécessaire de purger et nettoyer l’ensemble des émetteurs lors de la mise en place d’un nouveau système de chauffage (évacuation des boues).

La gestion du chauffage

La régulation sera également optimisée lors de la mise en place de la chaudière. L’objectif est de réduire les consommations de combustible sans diminuer le confort thermique.

Les pistes sont notamment :

  • Adapter la température de l’eau partant dans les radiateurs : en réalisant automatiquement cette opération, il va y avoir une réduction des pertes calorifiques dans les canalisations, ce qui conduira à une réduction des
    consommations de combustible.
  • L’adaptation de la température de confort : augmenter de 1°C la température de consigne peut provoquer une hausse des consommations de chauffage jusqu’à 7% par an.
  • Programmer un abaissement nocturne : on réduira la température la nuit de l’ordre de 2 à 3°C par rapport à la température de confort lorsque cela sera possible (radiateurs et ventilo-convecteurs ; l’inertie du plancher chauffant limite l’intérêt de cet abaissement). Le potentiel d’économie est de l’ordre de 5 à 10% par an.
  • Stopper la chaudière si la température extérieure est clémente : en général, lorsque la température est de l’ordre de 15 à 16°C à l’extérieur, il n’est pas indispensable de chauffer la maison (dont les déperditions sont très faibles).

La production d’eau chaude sanitaire

Même si le but premier d’une chaudière est d’assurer le chauffage, il est tout à fait envisageable d’assurer les besoins d’eau chaude sanitaire, au moyen d’un système adapté :

  • Toute l’année pour une installation avec ballon tampon ;
  • Durant la période de chauffe pour une installation sans hydro accumulation (préparateur indépendant). En dehors de la période de chauffage, l’eau sera chauffée par une source d’appoint (capteurs solaires et/ou résistance électrique intégrée dans le préparateur).