Choisir son poêle à bois

Ces dernières années, l’engouement pour le chauffage au bois pour ses qualités écologiques et économiques face à l’augmentation importante des tarifs du fuel et du gaz – ne parlons pas de l’électricité – a conduit à une révolution des technologies et à un renouvellement des modèles de poêles à bois.

Poêle à bois multi combustiblesTerminé les vieux poêles énergivores à alimenter en permanence, qui mettent autant de temps à monter en chauffe qu’ils sont prompts à redevenir froids au petit matin, les nouvelles générations de poêles de masse (bûches, plaquettes, etc.) ou à pellets offrent désormais un fonctionnement pratique et surtout un rendement bien meilleur.

Autre avantage, bien que les aides publiques tendent à se réduire en temps de crise, il demeure certains dispositifs de défiscalisation ou d’aide directe dans le cadre d’une rénovation énergétique de votre habitat. Généralement vous devrez faire appel à un professionnel, ce qui est souhaitable de toute façon pour s’assurer d’une installation sécurisée et aux normes de votre matériel de chauffage, et réaliser un ensemble de travaux – appelé bouquet de travaux – visant à isoler et rénover votre chauffage. C’est un point à prendre en compte avant tout investissement.

Les poêles à granulés de bois (ou pellets)

Ce type de poêle utilise pour combustible des granulés de bois, ces petits tronçons de cylindres de sciure de bois séché et compacté qui peut faire penser à certains aliments pour animaux. Un réservoir à pellets permet l’alimentation automatique par un système de vis sans fin approvisionnant régulièrement la chambre de combustion. Certains modèles ont ainsi une autonomie pouvant atteindre 4 à 6 jours avec un sac de granulés.

Equipés pour la plupart d’un thermostat, les modèles haut de gammes sont même encore plus intelligents, avec des programmateurs vous donnant la possibilité de régler différentes températures sur plusieurs plages horaires. Les poêles à granulés sont les plus coûteux mais aussi les solutions de chauffage au bois les plus confortables après les chaudière à bois.

Les inserts

Nous sortons un peu de la thématique du poêle à bois à proprement parlé, mais la solution de l’insert n’est pas à négligern notamment dans le cadre d’une rénovation, en remplacement d’une cheminée. L’installation d’un insert est généralement opérée sur un foyer de cheminée existant, en remplacement de celle-ci. Il ne faut pas attendre d’un insert le même rendement ni la même qualité de chauffage qu’une chaudière à bois, cela dit ils peuvent fournir une source de chauffage d’appoint ou complémentaire à l’installation de chauffage principale. Les modèles actuels ont bien évolué depuis les inserts traditionnels de nos maisons de campagne, leur rendement et leur autonomie étant améliorée.

Les poêles traditionnels

C’est la solution la moins coûteuse à l’achat, mais pas à l’usage. Souffrant d’un faible rendement, ils ne permettent pas de chauffer correctement et ne bénéficient par ailleurs d’aucune aide du fait de leur moindre qualités énergétiques. A voir comme un objet de décoration et un petit appoint de chauffage agréable cependant.

Les poêles à post-combustion

Les poêles à post-combustion sont dotés d’une chambre de combustion spécifique – dite chambre de post-combustion – supplémentaire située à l’arrière du foyer principal. On peut les utiliser comme mode de chauffage principal dans la maison avec la contrainte néanmoins de les alimenter régulièrement en bûches, plusieurs fois par jour, autrement il conviendra d’avoir un autre type de chauffage automatique et le poêle en appoint.

Les poêles Turbo

Les poêles Turbo fonctionnent avec une alimentation en air supplémentaire, un peu comme un turbo de moteur, cet apport complémentaire en oxygène alimentant le poêle à mi-hauteur de la chambre de combustion. Le rendement de ce type de poêle est meilleur que celui des poêles traditionnels mais demeure parmi les plus faibles des modèles présentés ici. Ces modèles de poêles sont généralement moins coûteux.

Les poêles de masse (ou poêles à inertie)

Le principe du poêle à inertie consiste, comme son nom l’indique, à restituer la chaleur de manière progressive une fois ce dernier monté en température. Ce type de poêle à bois est fabriqué avec des briques réfractaire, des pierre ollaires (stéatites), certaines roches volcaniques ou encore du béton réfractaire. Côté esthétique, ils peuvent être décorés de céramique ou pourvus de faïence.

Le succès des poêle de masse est en partie dû au confort et à l’agrément de la chaleur qu’ils procurent, par rayonnement, la chaleur rayonnante chauffant les murs de la maison et les personnes plutôt que l’air. Côté rendement, la qualité des matériaux et de la fabrication donne un très bon résultat, par ailleurs, l’inertie de ces poêles leur permet une autonomie plus importante pouvant atteindre 16 à 24 heures. Le prix des poêles à inertie est généralement plus élevé, bien entendu.

Pour conclure sur votre projet d’achat de poêle à bois

Comme vous le constatez, il existe un variété de choix pour votre poêle à bois, en fonction de votre budget c’est certain, mais aussi selon vos besoins, pour un chauffage principal ou d’appoint, que votre habitation soit une résidence principale ou secondaire, avec certaines contraintes (alimenter le poêle en combustible) ou en tout automatique. Les deux questions à se poser au moment de faire votre choix sont celle de l’isolation de votre habitation – qui aura un impact sur le confort, le coût du chauffage et les aides en cas de rénovation thermique – et le financement avec l’amortissement de votre investissement et la recherche des aides éventuelles.